L’homme d’or du Cameroun

Mon père me répétait toujours ce dicton: « Qu’on reconnait le vrai bonheur, lorsqu’on l’a perdu. » Alors, le Cameroun a-il perdu un être cher? Qui est-il? Qu’a-t-il fait pour le Cameroun? Autant de questions qui troublent notre vie camerounaise.

Fils d’un chef foulbé de religion musulmane et né le 24 Août 1924 à Garoua, Cameroun, Ahmadou Babatoura Ahidjo est un un autodidacte qui a intégré l’administration française comme télégraphiste puis opérateur radio.  Il est élu à l’assemblée territoriale du Cameroun en 1947, il devient conseiller de l’Assemblée de l’Union française de 1953 à 1958 et président de celle-ci en 1957. Vice-Premier ministre chargé de l’intérieur après l’octroi de l’autonomie interne au Cameroun, puis ministre de l’Intérieur (mai 1957).

Grâce à un passage en force sagement orchestré parJean Ramadier, haut-commissaire français de l’État du Cameroun sous tutelle des Nations unies, il fait tomber le gouvernement André-Marie Mbida en démissionnant avec la totalité des ministres du Nord qui lui sont fidèles. Il remplace ainsi André-Marie Mbida à la tête du gouvernement en février 19581. Grâce à son parti l’Union camerounaise, à une constitution taillée sur mesure, à un tripatouillage électoral et, l’aide active de l’armée française qui réduit les rébellions bamiléké et bassa (de l’Union des populations camerounaises, UPC, proche des communistes de Ruben Um Nyobe), il est élu en mai 1960 président de la République. Proclamant l’amnistie des maquisards de l’UPC, il réussit à ramener une confiance couronnée par la réunification avec une partie du Cameroun britannique (qui refuse l’intégration au Nigeria après référendum). Le pays devient un État fédéral en octobre 1961.

Ahidjo pense mener un développement économique qui favoriserait l’unification progressive du pays.

il fonde en 1966 un parti unique, l’Union nationale camerounaise (UNC) dans le but d’amélioré l’union nationale, assigne André-Marie Mbida en résidence surveillée et met fin en 1970 à la rébellion de l’UPC (exécution d’Ernest Ouandié). Un référendum approuve en mai 1972 une constitution qui fait du Cameroun un État unitaire. Si le président défend à l’extérieur les instances de l’OUA, il se retire cependant, en 1973, de l’Organisation commune africaine et malgache (OCAM).

À la grande surprise, Ahidjo âgé de 58 ans, qui tient le pays d’une main de fer en ayant réduit à néant la contestation de son régime, si forte au début de son règne, (avec la complicité des docteurs français qui prétendaient qu’il <<mourra bientôt>>),décide,  tout d’un coup, de se retirer du pouvoir et de céder sa place à son successeur constitutionnel, Paul Biya, le 4 novembre 1982, officiellement pour raisons de santé. Il quitte l’UNC l’année suivante à cause des conflits internes. Mais reste au  Cameroun.

Mais toujours influencé par le gouvernement Français, le nouveau gouvernement camerounais va à la dérive. Après une tentative avortée de coup d’État contre le gouvernement le 6 avril 1984, il est accusé et condamné à mort l’année suivante par contumace. La tentative du coup d’Etat de 1984 a consacré des trajectoires divergentes aux acteurs du putsch. Mais en écoutant la veuve de l’ancien président, beaucoup de questions viennent à l’esprit. La présence d’Ahidjo, faisait – il peur à Paul Biya? Était-ce un scénario pour mettre Ahidjo loin du Cameroun? Des inepties racontés sur les biens d’Ahidjo sont-ils vraies?

Séjournant alors entre l’Espagne et le Sénégal pendant ces événements, il ne rentrera jamais au Cameroun et s’installe au Sénégal.

Il y meurt le 30 novembre 1989 et y demeure enterré. Son tombeau est couvert de sable pour un retour au pays natale. Pour quand? Nobody knows.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s